NATURE POUR TOUTES ET TOUS ET INCLUSIVE !

La nature en ville, c’est une évidence. Ses bienfaits sont très nombreux. La présence de verdure joue par exemple un rôle important en termes de qualité de vie, de bien-être, de rencontre, de découvertes sensorielles. Elle influerait positivement aussi sur la santé et la concentration, favoriserait l’intégration sociale. Elle est aussi une porte grande ouverte permettant de sensibiliser petits et grands à la protection de la biodiversité. Il existe cependant de nombreux publics pour qui l’accessibilité à la nature est encore très difficile : malvoyantes et malvoyants, personnes à mobilité réduite ou porteuses de handicap, personnes âgées... Depuis quelques années heureusement, les projets permettant à chacun et chacune d’accéder aux bienfaits de la nature se multiplient à Bruxelles ou ailleurs. Découvrez-en quelques-uns ci-après.

INSOLITE

DES TOILETTES SÈCHES MOBILES,  ACCESSIBLES À TOUTES ET TOUS !

INSOLITE

Voici un outil écologique et inclusif qui devrait faire parler de lui. Mis au point par l’équipe de « Nature pour tous », l’AdMoSe est un WC Ad(apté), Mo(bile) et Se(c) qui facilite l’accueil des publics à mobilité réduite de façon écologique. Il s’agit d’une toilette sèche, non chimique, à copeaux et éclairage solaire. Elle est de plus réellement accessible à tous : aux personnes porteuses d’un handicap, mais également aux parents avec poussettes. Elle est enfin mobile et déplaçable n’importe où, par n’importe qui. Utilisée pour la première fois en octobre dernier lors de la Journée de la forêt de Soignes, elle a fait l’unanimité, avec sa cuvette et son évier. L’équipe travaille encore à son amélioration : un urinoir et une table à langer sont à l’étude.


VERDIRLES ESPACES DE VIE

Les personnes en situation de handicap ne sont pas les seules à se voir limitées dans leur accès à la nature. C’est le cas aussi des populations défavorisées. Bruxelles a beau être la capitale la plus verte d’Europe, certains quartiers densément peuplés et défavorisés connaissent parfois un déficit en matière d’espaces verts de proximité. Or, les personnes en situation de précarité n’ont souvent pas de jardin. Elles ne peuvent majoritairement compter que sur les espaces verts présents dans l’espace public pour profiter de la nature. À cela s’ajoutent d’autres freins. Ce type de loisirs est parfois bien éloigné des préoccupations immédiates de ces mêmes personnes. Où trouver du temps pour aller en forêt quand on est surtout occupé à survivre ? Malgré tout, de nombreuses initiatives fleurissent là aussi pour ramener la nature en ville et permettre un accès de tous à celle-ci. La verdurisation est par exemple devenue un axe essentiel de chaque projet de rénovation urbaine dans la Capitale.

DÉCOUVERTE


INTERVIEW EXPRESS

NATURE POUR TOUS   AVEC NATAGORA

Permettre à chacun et chacune d’accéder à la nature, ce n’est pas qu’un slogan pour Natagora. Avec son projet « Nature pour tous », cette association s’efforce de faciliter l’accès à la nature à un public le plus large possible : personnes porteuses de handicap physique, sensoriel ou mental, jeunes en décrochage scolaire, délinquants et délinquantes... «Nos activités attiraient surtout un public valide et plutôt favorisé. Nous avons souhaité nous ouvrir à d’autres publics moins privilégiés ». Encore fallait-il aplanir les obstacles. « Il a fallu repenser notre manière d’animer, trouver de nouveaux outils plus adaptés. En tant que guides, nous n’avions pas non plus l’habitude d’accueillir des publics différents. Il y avait une forme d’appréhension. Avec le recul, nous avons constaté qu’il y a pourtant une énorme demande pour ce type d’activités ». Les bénéfices de ces animations sont en tout cas on ne peut plus concrets. « Beaucoup de participants y trouvent une forme d’apaisement. D’autres apprécient la découverte d’un milieu qu’ils connaissent mal. Quant aux encadrants, ils ont appris à voir ces personnes d’une tout autre manière et à découvrir toute leur richesse ».

DÉCOUVERTE


FAUNE & FLORE

LE GARDON, POISSON D’AVRIL

Avril est là, pour le gardon, c’est bientôt l’heure de la reproduction. Très prolifiques, les femelles peuvent pondre jusqu’à trois cents mille œufs en même temps ! Ils donneront naissance à de nombreux alevins qui vivront en grands groupes pour se protéger des prédateurs. Une fois adultes, ils atteindront généralement une taille de 10 à 30 cm et un poids de 100 à 200 g. Rustique, le gardon est un poisson très courant dans nos rivières et étangs. Il résiste bien aux divers polluants et s’il préfère les eaux assez profondes, il est aussi capable de vivre dans des fossés d’à peine 20 cm. Il a donné naissance à l’expression « frais comme un gardon », qui veut dire en pleine forme. Elle date de l’époque où l’on faisait encore une consommation abondante de ce poisson, dont la chair avait la particularité de se conserver plus longtemps que celle des autres poissons comestibles.

DES ESPACES VERTS  DE PLUS EN PLUS ACCESSIBLES

À Bruxelles, sept parcs sont maintenant accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR), parmi lesquels celui de la Pede, le parc Roi Beaudouin ou encore le Scheutbos. Certains chemins ont été élargis, stabilisés et ramenés à des déclivités moins importantes. Les gardiens ont aussi été spécialement formés pour accueillir ce public et certains équipements, comme les toilettes, sont adaptés aux PMR. Pour favoriser l’interaction avec l’environnement ambiant, des outils de communication spécifiques ont également été installés le long de certains parcours. Au parc Roi Baudouin et au parc de la Pede, les malvoyants bénéficient maintenant d’une signalétique au sol qui les guide vers des panneaux d’information en braille !

DÉCOUVERTE

JOËLETTE, BÉCASINE ET HIPPOCAMPE

Des personnes en situation de handicap qui écoutent le brame du cerf, d'autres qui visitent des grottes, participent à des balades nature, tout cela ne serait pas possible sans Joëlette, Bécasine ou Hippocampe. Derrière ces noms sympathiques se cachent d’ingénieux outils permettant aux personnes à mobilité réduite de crapahuter partout ou presque ! Avec sa mono roue, la Joëlette est un fauteuil qui permet la pratique de la randonnée nature à toute personne handicapée. La Bécasine adopte le même principe, mais sur deux roues pour plus de stabilité. Quant à l’Hippocampe et sa grosse roue avant tout-terrain, il se joue des obstacles, de la boue et même de l’eau !

DÉCOUVERTE

TENDANCE

METTRE DU VERT LÀ OÙ IL Y A DU GRIS

Certains quartiers bruxellois manquent cruellement d’espaces verts, de lieux de rencontres et d’échange. Le parc de la Rosée à Anderlecht, est un exemple de projet d’espace vert destiné à lutter contre cette forme de précarité sociale. Le lieu, un ancien chancre de 7 000 m², a été réaménagé par Bruxelles Environnement dans une démarche participative avec les riverains. À la demande de la population, il s’articule autour de zones délimitées par type d’activités : terrain de sport, zones de jeux, butte gazonnée, jardin de rencontre à l’aspect plus végétal, chemins connectés entre eux et nombreux bancs. Pour conforter le caractère vert du parc, des haies et des arbres ont été plantés. Achevé depuis 2000, le parc de la Rosée a renforcé la cohésion sociale du quartier.

TENDANCE

ESPRIT INTER- GÉNÉRATIONNEL

Les résidents des maisons de repos et des lieux d’accueil et de soins sont une autre catégorie de la population pour qui l’accès à la nature n’est pas toujours évident. D’où l’idée de faire venir celle-ci a eux. Prenez le Carré Tillens, à Forest. Ce potager collectif vise à recréer une dynamique sociale, un esprit de convivialité et d’échange dans le quartier au profit de tous les habitants, sans exception. Un projet intergénérationnel a ainsi été mis en place. Les élèves de l’école voisine des 7 Bonniers et les pensionnaires du home du Val des Roses cultivent ensemble une parcelle, dans un esprit de partage entre générations, d’éveil à la nature, d’éducation à l’environnement et d’une alimentation équilibrée.

TEXTO


FORMATION : RENDRE LA NATURE ACCESSIBLE

Ecotopie, anciennement Institut d’éco-pédagogie, propose une formation destinée à améliorer l’accessibilité des activités nature aux personnes porteuses d’un handicap. Ce module de formation est plus particulièrement axé sur les handicaps moteurs, mais des modules complémentaires axés sur d’autres types de handicaps peuvent être organisés.

ACCESSIBILITÉ, PAS D’EXCUSES, QUE DES SOLUTIONS !

Avec Almagic, l’accessibilité se professionnalise. Cette association sans but lucratif bruxelloise est sans doute la seule en Belgique à proposer des infrastructures provisoires d’accessibilité lors d’événements culturels, ludiques, sportifs ou nature. Elle loue par exemple divers moyens de locomotion pour personnes à mobilité réduites tels que VTT à quatre roues, Joëlettes, tandem tricycles ou encore toilettes sèches pour PMR !


JARDIN URBAIN CONTRE MARGINALISATION SOCIALE

À Molenbeek-Saint-Jean, l’asbl La Rue a décidé de s’attaquer aux situations de marginalisation sociale en réaffectant un îlot intérieur d’une superficie de 400 m² en véritable jardin urbain ! Le projet participe au développement d’une convivialité dans le quartier. Il favorise la rencontre entre habitants tout en contribuant au développement durable via une sensibilisation à la nature pour petits et grands.